Menu
  • Accueil
  • Infos
  • Auguste Trébuchon, dernière victime de la Grande Guerre

Auguste Trébuchon, dernière victime de la Grande Guerre

Auguste Trébuchon, le berger de Lozère, décédé quelques minutes avant le cessez-le feu. François NASCIMBENI/AFP
Auguste Trébuchon, le berger de Lozère, décédé quelques minutes avant le cessez-le feu. François NASCIMBENI/AFP

Augustin Joseph Louis Victorin Trébuchon est né le 30 mai 1878, à Malzieu-Forain en Lozère. Il est mort le jour de l’armistice. Aîné d'une fratrie de six enfants, il est le fils de Jean-Baptiste Trébuchon, cultivateur et de Rosalie Vissac, ménagère. Décédé à l’âge de 40 ans, on ne connaît pas d’enfant à Augustin. En 1917, Augustin est revenu en permission, il ne voulait plus, selon ses dires, retourner au front.

Un homme, une histoire

Soutien de famille depuis la mort de ses parents, l’homme avait rejoint l’armée, le 4 août 1914, à Mende. Avant d’être soldat, il exerçait la fonction de berger ou pâtre communal à Saint-Privat-du-Fau. Avec son accordéon, il animait aussi les bals du secteur.

Augustin est mort officiellement le 10 novembre 1918, comme le précise les mentions inscrites sur la croix de sa sépulture. Il repose tombe n°13, dans le carré militaire du cimetière communal de Vrigne-Meuse, dans les Ardennes. Augustin Trébuchon a reçu une balle dans la tête, le 11 novembre, jour de l’armistice, à 10 heures 45. Il se rendait en première ligne pour y porter des ordres. Soldat de première classe et agent de liaison à la 9e compagnie du 3e bataillon du 415e R.I. appartenant à la 163e division du 14e corps de la IVe armée, Augustin Trébuchon s’est rendu dans les Ardennes avec les 700 hommes composant son régiment. Les allemands battaient alors en retraite mais défendaient toujours avec pugnacité un territoire précédemment conquis. Depuis la contre-offensive victorieuse des alliés dans l’Aisne en 1918, les français reprenaient du terrain mètre par mètre.

 

Un engagement pour la Patrie

Augustin avait fait la Marne, Verdun, l’Artois, la Somme…, il a été cité le 23 octobre 1917 à l'ordre du régiment : "Bon soldat ayant toujours accompli son devoir, a été blessé à deux reprises au cours de la campagne" ; ensuite, à l'ordre de la 73e brigade : "Soldat d'un calme remarquable donnant à ses jeunes camarades le plus bel exemple d'une brillante attitude au cours des combats du 15 au 18 juillet 1918".

 

Un destin tragique

Augustin Trébuchon est tombé au front, lors d’une rafale de mitrailleuse, 5 heures après la signature de l'armistice, à Rothondes. 15 minutes plus tard, le cessez-le-feu, fixé à 11 heures, entrait en vigueur. En sa qualité d’agent de liaison au 415e R.I., Augustin Trébuchon courait vers le front en bord de Meuse pour apporter un message ordonnant aux combattants de décrocher vers l'arrière (Dom-le-Mesnil) pour la soupe prévue à 11 heures 30. Ce sont l'agent de liaison André Gazareth et le clairon Octave Delalucque, qui rampant vers le trou servant de P.C. au capitaine Lebreton, auraient retrouvé son corps.

 

Reconnaissance et souvenir

 Augustin Trébuchon est considéré comme le dernier poilu tué au combat sur le territoire français. Un jardin a vu le jour à Rethondes. Il vient honorer la mémoire d'Augustin Trébuchon. Un clos portant également son nom se trouve à Vrigne-Meuse, près de l’endroit où il a trouvé la mort tragiquement. 

 

A savoir : Le 11 novembre 1918, la France et l’Allemagne signent l’armistice. Il est 5h15. Mais les hostilités ne cessent pas immédiatement, car l’état-major français choisi d’attendre   de manière symbolique onze heures, en ce onzième jour du onzième mois, pour faire taire les combats. Dans son village natal de Montchabrier, il existe une salle Augustin-Trébuchon. Dans la commune de Vrigne-Meuse, c'est une rue qui porte son nom. Augustin Trébuchon est devenu l’emblème des morts du 11 novembre. Leurs actes de décès sont antidatés au 10 novembre. Pour les autorités militaires, les soldats ne pouvaient pas mourir pour la France le jour de la victoire. Un collectif privé revendique le fait que soit modifiée l'inscription pour faire porter au 10 novembre le jour de son décès.

 

Vous pouvez rendre hommage au défunt sur sa page commémorative sur le site Libra Memoria et présenter vos condoléances à ses proches en témoignant votre sympathie.

Publié le 10/11/2020