Menu
  • Accueil
  • Le deuil
  • Le don d’organes, tous donneurs depuis le 1er janvier 2016

Le don d’organes, tous donneurs depuis le 1er janvier 2016

Source : www.france-adot.org
Source : www.france-adot.org

Depuis le 1er janvier 2016, un amendement de la loi Santé rend tous les Français donneurs d’organes par défaut. Le nombre de dons d’organes en France est insuffisant par rapport à la demande, cet amendement a pour objectif de pallier cette situation et renforcer la loi Caillavet de 1976 qui autorisait le prélèvement d’organes d’un défunt s’il n’avait pas exprimé son refus de son vivant.

En 2015, 5 700 greffes ont été réalisées ne couvrant pas les 21 000 personnes en attente. En 2016, le chiffre est en légère augmentation avec 5 891 greffes effectuées contre 22 617 personnes sur liste d’attente.

Exprimer son refus

En France, tout le monde est donneur d’organes et de tissus par défaut, il n’existe pas de registre de donneurs. Les personnes ne souhaitant pas faire don de leurs organes peuvent le faire savoir au moyen du registre de refus en ligne : www.registrenationaldesrefus.fr et y faire connaître ses volontés et précisions sur les organes qu’il ne souhaite pas donner.

À défaut d’avoir établi son refus en ligne, il est possible de le faire par écrit dans un document daté et signé et de le confier à un proche. Dans l’impossibilité de réaliser cet écrit, deux témoins sont requis pour attester qu’une tierce personne a rédigé ledit document, avec le consentement de la personne.

Carte de donneur

La carte de donneur existe toujours mais n’a pas de valeur légale, elle permet de faire connaître sa volonté et son engagement pour le don d’organes. Elle est surtout le moyen d’aborder le sujet avec ses proches et de faire connaître sa volonté.

Dans le cas d’un décès, l’équipe médicale vérifie si le défunt a fait connaître son refus sur le registre national. Elle se rapprochera de la famille pour vérifier les volontés du défunt.

Précisions

La loi française autorise le prélèvement d’organes sur les mineurs si chacun des titulaires de l’autorité parentale y consent par écrit ou oral.

Les dons et prélèvements d’organes sont gratuits et anonymes entre donneur et receveur.

Il est important d’exprimer ses volontés à ses proches, afin d’éviter une situation douloureuse au moment du deuil.

Publié le 13/04/2018