Menu

Les rites funéraires

Les rites funéraires symbolisent le passage de la vie à la mort. Ils représentent un ensemble d’actes, de paroles et de gestes codifiés.

La toilette, la cérémonie, l’emplacement de la sépulture, le parcours pour mener le défunt à sa dernière demeure varient en fonction des cultes religieux  

Chez les catholiques 

Un prêtre donne le sacrement des malades avant la mort aux personnes dont le décès s’annonce. L’âme est préparée à entrer dans la vie éternelle, près de Dieu. Prières et lectures de la Bible accompagnent cet acte. L’entourage se réunit ensuite auprès du défunt. Il est sur le dos a les mains jointes sur la poitrine, un crucifix, des objets religieux et personnels peuvent l’accompagner. La mise en bière est réalisée par des professionnels. Depuis 1963, la crémation est autorisée par l’église catholique. Après le recueillement, le temps est aux obsèques. Ils se déroulent dans l’église paroissiale. Laïcs compétents ou prêtres assurent la cérémonie.

Chez les israélites

Le corps de la personne décédée bénéficie d’une toilette de purification. La pratique s’effectue sans la présence de la famille. Elle est menée par des hommes pour un homme, par des femmes pour une femme. Le corps sans bijou est posé sur le sol. La tête, enveloppée dans une toile, est placée sur un sachet contenant de la terre d’Israël. Le visage est tourné vers le ciel, les bras se trouvent le long du corps. Le défunt est toujours entouré. Une veillée se déroule avec la famille. Hommes et femmes sont réunis. Des psaumes sont énoncés de façon continue. Avant de se rendre au cimetière, les proches déchirent le vêtement porté sur le côté droit en signe de douleur.  Dans les moments précédents la mise en terre, le Rabbin lit l’oraison funèbre puis chaque personne présente jette trois pelletées de terre dans la fosse. La prière des morts est prononcée. L’assistance se lave les mains sans les essuyer. La crémation n’est pas autorisée. Un monument funéraire est réalisé dans les 11 mois qui suivent le décès.

Chez les musulmans

Quand la mort est imminente, la personne est tournée vers le côté droit. La profession de foi de la religion musulmane lui est récitée à l’oreille. Les proches récitent la sourate XXXVI et le verset 12. Une toilette de purification permet au défunt de passer de la vie sur terre à la vie dans l’au-delà. Le lavage du corps est effectué par quatre personnes du même sexe que le défunt. L’époux ou l’épouse peuvent être présent. Le défunt est lavé de haut en bas, trois fois pour chaque partie. Le commencement s’effectue à droite, la tête est placée en direction de la Kaaba. Les soins de conservation ne sont pas permis. Le corps essuyé est enveloppé dans un nombre de vêtements impair. Les bras reposent le long du  buste. Les paumes sont en haut ou croisées sur la poitrine. Une veillée mortuaire est prévue, un Iman récite des sourates du Coran. L’enterrement a lieu entre 24 h et 48 h après le décès. La famille est présente à la levée du corps. La crémation n’est pas autorisée. La Cérémonie se déroule au cimetière avec l’Imam face au cercueil, orienté vers Kaaba. Ni fleurs, ni photo.

Chez les protestants

La communauté se rejoint pour entourer le mourant en présence de l’aumônier. L’heure est au recueillement, aux prières, à la lecture de la Bible. Durant la cérémonie, des passages de la Bible sont lus par le pasteur ou par un proche. Le défunt repose sur le dos. Ses mains sont jointes sur sa poitrine. La crémation est possible depuis 1898. La cérémonie de funérailles se déroule au temple. Elle est assurée par un pasteur. 

Chez les orthodoxes

Le corps est mené à l’église, cercueil ouvert, un voile blanc est posé sur le visage du défunt. En France, une dérogation est nécessaire pour procéder à ce rite. L’enterrement se déroule trois jours après. L’âme a eu le temps de se séparer du corps. Durant les quarante jours suivants, l’âme complète son chemin de purification vers Dieu, elle se détache du corps progressivement. Les orthodoxes ne pratiquent pas la crémation.

Lire les articles de notre dossier Toussaint

Quelle est l'origine de la Toussaint ?

Les rites funéraires

Deuil et croyances

Le temps du deuil

Deuil et succession

Publié le 16/10/2018